Réalisations françaises en Algérie

«SOLDATS DANS LA GUERRE D'ALGERIE »
(extraits)

[couverture][plan du site][commander]
 

Allons au-delà du négatif qui sépare les gens et nous laisse un goût amer ; observons aussi le positif qui rassemble les gens de bonne volonté, ceux qui désirent encore réaliser un bout de chemin ensemble. Les bas-fonds n’attirent que les charognards. Les créations et les réalisations ne démontrent-elles pas la richesse du génie humain ? Prenons donc un peu de recul ou d’altitude, puisque les vues aériennes nous le permettent.

Avec peu de moyens et un pourcentage élevé de décès (choléra, paludisme, typhus), en 132 années, un million d’européens-pionniers, parfois au prix de leur vie, transformèrent l’Algérie à la sueur de leur front (certains diront avec celle des maghrébins embauchés). Les Pieds-Noirs défrichèrent la forêt, assainirent les marais, fertilisèrent le sol, des sols arides et marécageux, insalubres et incultes, devinrent des terres fertiles et irriguées, ouvrirent des écoles, développèrent l’instruction publique républicaine. L’armée fournit des instituteurs, fit un recensement et appela des officiers pour combattre la sous-administration. Des médecins furent détachés au titre de l’assistance médicale gratuite (A.M.G). Ils mirent en oeuvre hôpitaux et dispensaires. (plusieurs témoignages au chap.4)
 

L’armée et le Génie civil participèrent à maints chantiers, réparèrent et créèrent des pistes et des routes, créèrent ponts et viaducs, installèrent un réseau ferré, aménagèrent des ports, des aérodromes, des ports, des points d’eau, construisirent des logements, des cités, bâtirent de très grandes villes, et finalement firent jaillir gaz et pétrole d’un sol désertique. La France finança beaucoup de travaux.
Malgré des imperfections et des réalisations un peu tardives par la France en Algérie, la simple représentation d’El Djezaïr (Alger) sous domination turque en 1830, avec ses pirates et ses marchés d’esclaves, et Alger de 1962 devrait faire réfléchir toute personne qui comparerait ces 130 années de développement à celui réalisé depuis 1962 par la riche république algérienne.
Les réalisations françaises en Algérie ont de multiples facettes : habitat, la mise en valeur des ressources minières, infrastructures : routes et pistes, chemins de fer, aérodromes, ports, barrages et programmes hydrauliques services d’hygiène et de santé, l’A.M.G., la formation générale et professionnelle, mise en place d’une administration, développement de l’économie : agriculture, industrie, des usines de transformation ressources énergétiques... Il y eut des erreurs et des abus en Algérie française entre 1830 et 1954, mais n’y en a-t-il pas eu en métropole ? Il ne faut pas le nier, mais il ne s’agit pas non plus de tout rejeter en bloc.
 

Mais, comment expliquer que la richesse économique profitait essentiellement à une minorité dans laquelle on trouvait fort peu de maghrébins ? (mais n’en est-il pas de même dans le monde occidental ?) Comment expliquer, malgré l’effort consenti pour la formation des autochtones, que seule une minorité de cette population bénéficiait de l’enseignement et surtout de l’enseignement supérieur ? Comment expliquer la faible place accordée aux maghrébins dans les prises de responsabilités ?...
Ne retrouvons-nous pas là, les causes de la guerre pour l’indépendance : la misère, les vexations de toutes sortes et l’éveil de la conscience ? (Voir « La vie de soldats bretons dans la guerre d’Algérie » : p. 66 à 72)

Si la France par les fonds investis et les colons par leurs diverses réalisations firent beaucoup sur ce territoire, nous étions encore loin de répondre aux désirs profonds de la population, ainsi diverses raisons motivèrent cette guerre.
Page 99 et suite : L’Algérie par les cachets et les timbres-poste utilisés entre 1830 et 1962 (Philatélie et marcophilie). Ces timbres relatent des faits de notre histoire de France. Les six pages de timbres-poste constituent une autre approche de la réalité française en Algérie. Ces timbres sont classés par thèmes : périodes de l’histoire ; les réalisations françaises en Algérie ; les personnalités célèbres ; la fête du centenaire (1930) ; la faune, la flore et l’artisanat.
 
 

[couverture][plan du site][commander]